PARIS AU MOYEN ÂGE
Bibliographie thématique


Recherche par thème

 

Recherche par mot clé:

 

 

Abréviations utilisées

 


Retour à la Présentation du site

Retour à la page d'accueil

Autres sites utiles

 

 

Contrat Creative Commons

Version imprimable des résultats

La Cour et les gens de l'administration royale




+++ BLANCHARD (François). Les Généalogies des maitres des requêtes ordinaires de l'Hôtel du Roi. Paris, J. Le Gras, 1670. In-fol., 350 p., fig. -
 
+++ BORELLI DE SERRES (Léon-Louis). Recherches sur divers services publics du XIIIe au XVIIe siècles. Paris, A. Picard et fils, 1895, 1904 et 1909. 3 vol. in-8° — T. I, Notices relatives au XIIIe siècle, 612 p. — T. II, Notices relatives au XIVe siècle jusqu'au règne de Philippe VI. Part. I : La comptabilité publique au XIVe siècle jusqu'au règne de Philippe VI. Part. II : La politique monétaire de Philippe le Bel. — T. III, Notices relatives aux XIVe et XVe siècles. Part. I : Le Trésor royal de Philippe IV à Philippe VI. Part. II : Officiers des finances de Philippe IV à François Ier.  -
> Réimpr. en fac-sim. : Genève, Slatkine – Megariotis, [Paris], [diff. Champion], 1974. 3 vol. 23 cm : VI-612-[4] f., 556 p., 588 p., ill.
« Malgré des défauts évidents, dont le principal est un manque de composition qui en rend le maniement pour le moins difficile, l'ensemble des travaux regroupés […] demeure fondamental, tout spécialement pour l'histoire des institutions financières » (J. Favier).
  
+++ DUPONT-FERRIER (Gustave). « Prévôté et vicomté de Paris », ch. LXV in Gallia Regia ou Etat des officiers royaux des baillages et des sénéchaussées, de 1328 à 1515,  T. IV, Paris, Impr. Nationale, 1954, p. 290-408.
Bio-bibliographies des capitaines, lieutenants généraux, prévôts de Paris, lieutenants du prévôt, lieutenants civils, lieutenants criminels, conseillers du roi, auditeurs, examinateurs, procureurs du roi au Châtelet, baillis du Palais, avocats, receveur, voyers du roi, capitaines de la Bastille, du Louvre etc., entre 1328 et 1515. Bien que, pour la plupart de ces personnages, nos connaissances soient aujourd'hui bien plus étendues, l'ensemble reste encore une référence.
  
+++ DUPONT-FERRIER (Gustave). Le personnel de la Cour ou Chambre des Aides de Paris, des origines à 1483. Nogent-le-Rotrou, Impr. Daupeley-Gouverneur, 1932 (1934). Extr. de l'Annuaire-Bulletin de la Société de l'Histoire de France, 1931. In-8°, 246 p.
Catalogue des présidents et vice-présidents, des généraux, des conseillers et des adjoints, des gens du roi à la Cour des Aides et des axillaires de la justice.
 
+++ GUILLOIS (André). Recherches sur les maîtres des requêtes de l'Hôtel, des origines à 1350. Paris, Larose et Tenin, 1909. In-8°, 279 p., 10 p. j.
De 1270 à 1325, cette institution se nommait Plaids de la porte. Elle accompagnait le roi, recevait et expédiait les requêtes à lui présentées, là où il se trouvait. Dans les années 1344-1346, sa compétence fut limitée aux litiges concernant les offices de l'hôtel du roi. Cet ouvrage assez rare est de premier intérêt, notamment pour ses 85 notices biographiques.
  
+++ LAPEYRE (André) et SCHEURER (Remy). Les Notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461-1515). Notices personnelles et généalogie. Paris, Bibliothèque nationale (Coll. Documents inédits sur l'histoire de France), 1978. 2 vol. in-4°, XLIII-320 et XCI pl. de tables généalogiques, 56 p. d'index. Contient aussi en introduction du t. I : BAUTIER (Robert-Henri). « Les notaires et secrétaires du roi, des origines au milieu du XVIe siècle ».
« Constituera désormais un instrument de travail essentiel pour qui voudra étudier la haute administration royale entre le milieu du XVe et le milieu du XVIe siècle. Une somme de renseignements considérable est en effet présentée dans les 690 notices biographiques et les 91 tableaux généalogiques qui forment le corps de l'ouvrage. » (B. Barbiche). A noter qu'il est relativement aisé de distinguer les notaires attachés à Paris de ceux fixés en Val de Loire, près de la Cour.
 
 
+++ LOT (Ferdinand) et FAWTIER (Robert). Histoire des institutions françaises au Moyen Age, t. II, Institutions royales. Paris, Presses universitaires de France, 1958. VI livres en un vol. 24 cm, 623 p., index, table.
Comment  sont nées et ont évolué les institutions par lesquelles le roi exerçait ses droits. Livre I, principaux ch. : Le pouvoir du roi ; les grands officiers de la Couronne ; l'hôtel du roi ; le Conseil ; la chancellerie. Livre III : La Chambre des Comptes ; le Trésor ; la Cour du Trésor ; la Chambre des Monnaies ; la Table de Marbre ; la Cour des Aides. Livre IV : La justice du roi ; le Parlement ; la procédure ; les auxiliaires du Parlement ; etc. Cet ouvrage, dans son ensemble, reste encore une référence pour de nombreux historiens.
 
+++ MAUGIS (Edouard). Histoire du Parlement de Paris, de l'avènement des rois Valois à la mort d'Henri IV. Paris, A. Picard, 1913-1916. 3 vol. in-8°. — T. I,  Période des rois Valois. XXVII-734 p. — T. II, Périodes des guerres de religion. — T. III, Rôle de la Cour par règnes, 1345-1610, XLIII-361 p.
> Reprod. en fac-sim. : Genève, Slatkine-Megariotis – [Paris, Champion]. 3 t. en 2 vol. 23 cm,  XXVII-734 et 420-XLIII-360 p., index.
Le t. III, qui contient les rôles reconstitués des présidents, conseillers et gens du roi, reste un outil indispensable à toute recherche dans ce domaine. Les notices, très abrégées, ne sont malheureusement pas exemptes d'erreurs de saisie et de contradictions.
   
+++ MINOIS (Georges). Le Confesseur du roi : les directeurs de conscience sous la monarchie française. [Paris], Fayard (Les Nouvelles études historiques), 1988. 24 cm, 556 p. -
Les chapitres IV à VIII vont des premiers Capétiens à 1498.
 
+++ MOREL (Octave). La grande chancellerie royale et l'expédition des lettres royaux, de l'avènement de Philippe de Valois à la fin du XIVe siècle (1328-1400). Paris, A. Picard et fils (Mémoires et documents publiés par la Société de l'École des chartes, III), 1900. In-8°,  XIII-592 p., pl.
Histoire de l'institution de chancellerie et étude de diplomatique des actes des trois premiers Valois.
 
+++ ORNATO (Monique). Dictionnaire des charges, emplois et métiers relevant des institutions monarchiques en France aux XIVe et XVe siècles. Paris, CNRS (Coll. Travaux méthodologiques et répertoires - Centre d'histoire des sciences et des doctrines, Équipe de recherche sur l'humanisme français des XIVe et XVe siècles, 1), 1975. In-4°, 206 p., bibliogr.  -
 
+++ Prosopographie des gens du Parlement de Paris (1266-1753), publiée par Michel POPOFF, d'après les ms. fr. 7553, 7554, 7555, 7555 bis conservés au Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Saint-Nazaire-le-Désert, Références, 1996. Gr. in-8°, 1151 p.
> Nouvelle éd. revue et corrigée. Paris, Le léopard d'or, 2003. 30 cm, 1259 p. en 2 vol., table, 4 index.
L'ensemble de ces manuscrits du XVIIIe siècle forme une sorte de dictionnaire des présidents, conseillers, avocats, procureurs et secrétaires du parlement de Paris. Cette somme biographique n'est pas exempte d'erreurs. M. Popoff n'en a que peu corrigé. A noter que les dates avant Pâques sont en ancien style.
 
 
+++ VALOIS (Noël). Le Conseil du roi aux XIVe, XVe et XVIe siècles. Paris, A. Picard, 1888. In-8°, 402 p. -
 
++ ANNE (Élisa). « Les ducs de Bourgogne devant le Parlement de Paris (1364-1477) : le conseil ducal », dans Paris, capitale de ducs de Bourgogne, dir. Werner PARAVICINI et Bertrand SCHNERB, Ostfildern, Thorbecke Verlag, 2007, p. 319-369, Notices prosopographiques (p. 345-369).
Les ducs de Bourgogne ont recouru aux services des plus compétents des juristes parisiens. Ces conseillers furent largement récompensés de leur fidélité et certains eurent accès à de très hautes fonctions au sein du gouvernement ducal.
 
++ AUTRAND (Françoise). « Offices et officiers royaux en France sous Charles VI », Revue historique, t. 242, 1969, p. 285-338.  -
 
++ AUTRAND (Françoise). « La Cour des fleurs de lys » dans Paris et Charles V. Arts et architecture, dir. F. Pleybert. Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 2001, p. 36-39, ill.
Cet article traite de quelques aspects de la vie à la cour de Charles V et des relations de ce dernier avec ses trois frères : Louis, Jean et Philippe.
 
++ BALDWIN (John W.). « Masters at Paris from 1179 to 1215: a Social Perspective », in Renaissance and Renewal in the Twelfth Century, R.L. BENSON et G. CONSTABLE ed., Cambridge Mass., Harvard University Press, 1982, p. 138-172.  -
> Reprint: Toronto, University of Toronto, 1991.
 
++ BALDWIN (John W.). « L’entourage de Philippe Auguste » dans La France de Philippe Auguste : le temps des mutations, dir R.-H. BAUTIER, Paris, Éd. du CNRS, 1982. - -
 
++ BALDWIN (John W.) The Government of Philip Augustus : foundations of French royal Power in the Middle Age. Berkeley - Los-Angeles- London, University of Californian Press, 1986. In-8°, XXI-611 p., fig.
> Autre éd. : Philippe Auguste et son gouvernement : les fondations du pouvoir royal en France au Moyen Age. Traduit de l'anglais par B. Bonne. Préface de J. Le Goff. Paris, Fayard, 1991. In-8° ill., 717 p., index.
> Autre éd. de la trad. : Paris, Le grand Livre du Mois, 1998. 23 cm, 717 p. ill. -
 
 
++ BAUTIER (Robert-Henri). « Recherches sur la chancellerie royale au temps de Philippe VI », Bibliothèque de l'École des Chartes, t. CXXIII, 2e liv., 1965.  - -
 
++ BAUTIER (Robert-Henri). « Le personnel de la chancellerie royale sous les dernières capétiens » dans AUTRAND (Françoise), Prosopographie et genèse de l'État moderne. Actes de la Table ronde, Paris, 22-23 octobre 1984, Paris, E.N.S.J.F., 1986, p. 91-115.  - -
 
++ BONAMY (Pierre-Nicolas). « Mémoire historique sur le Trésor des chartres et sur son état actuel », Mémoires de littérature tirés des registres de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, 1758-1760 (1764), p. 697-728.  -
 
++ BOUTARIC (Edgard). La France sous Philippe le Bel : Étude sur les institutions politiques et administratives du Moyen Age. Paris, Henri Plon, 1861. In-8°, VIII-467 p.
Important travail sur les institutions monarchiques et l’administration du pays au début du XIVe siècle. On peut en dégager des données historiques intéressantes pour Paris.
 
++ CANTEAUT (Olivier). « Philippe V et son Conseil : le gouvernement royal de 1316 à 1322 », Positions de thèse de l’École des chartes, 2000.
 
++ CAROLUS-BARRÉ (Louis). « Deux conseillers du roi au XIVe siècle : Guy et Alphonse Chevrier », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 101, 1940, p. 49-79, p. j.
Guy était maître de la Chambre des comptes ; Alphonse, son fils, était maître des requêtes de l'hôtel du roi. Cet article donne peu d'éléments relatifs à leurs activités parisiennes.
 
++ CAZELLES (Raymond). La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois. Paris, Libr. d’Argences (Bibliothèque elzévirienne), 1958. Gr. in-8°, 495 p.  -
 
++ CAZELLES (Raymond). « Une chancellerie privilégiée : celle de Philippe VI de Valois », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 124, 1966.  - -
 
++ CAZELLES (Raymond). Société politique, noblesse et Couronne sous Jean le Bon et Charles V. Genève - Paris, Droz (Mémoires et documents publiés par la Société de l’Ecole des chartres), 1982. 23 cm, 625 p., ill.  -
 
++ CHERUEL (Adolphe). Histoire de l'administration monarchique en France depuis l'avènement de Philippe Auguste jusqu'à la mort de Louis XIV. Paris, Dezobry, 1855. 2 vol. in-8°, IV-LXXI-399 p et 512 p.
> Reprod. en fac-sim. : Genève, Slatkine - Megarioris, 1974. 2 t. en 1 vol 23 cm, LXXI-399, 512 p.  -
 
++ CHEVALIER (Bernard). Guillaume Briçonnet (vers 1445-1514), un cardinal-ministre au début de la Renaissance : marchand, financier, homme d'État et prince de l'Église. Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2005. 24 cm, 446 p., pl., carte, bibliogr., index. -
 
++ COURTEMANCHE (Danielle). Œuvrer pour la posterité : les testaments parisiens des gens du roi au début du XVe siecle. Paris – Montréal, l'Harmattan, (Coll. Villes, histoire, culture, société),1997. 24 cm, 247 p., ill., bibliogr., index.  -
 
++ DUPONT-FERRIER (Gustave). « Les avocats à la Chambre ou Cour des aides de Paris au XVe siècle », Bibliothèque de l'École des chartes,  t. 93, 1932, p. 267-313.
Après une courte mais intéressante introduction expliquant les obligations des avocats, l'auteur donne 186 noms d'avocats, malheureusement rarement rattachés à un prénom.
 
++ FAVIER (Jean). « L’Hôtel royal de Philippe le Bel », L’Histoire, n° 4, sept. 1978, p. 31-39.  -
> Extr. : Paris, L'Histoire, 1978. 28 cm, paginé 31-40.
 
++ GOBRY (Ivan). « Le Grand Conseil » et « L'hôtel du roi », ch. I et II de la 3e partie dans Philippe V, 1316-1322, frère de Louis X. Paris, Pygmalion (Coll. Histoire des rois de France), 2010, p. 167-173 et 175-181.
Eclaircit un peu le rôle des centaines de fonctionnaires et de conseillers qui entourent le roi.
 
++ HOZIER (Louis Pierre d'). « de Braque, famille de Paris », dans Armorial général ou Registres de la noblesse de France, t. III, 1ere partie, 1752, p. 1-97 [p. 131-228].
« …l'un des plus anciens & des plus illustres noms qu'il y ait en cette capitale…» dit l'auteur, dont les recherches sont beaucoup plus complètes et plus fiables que les Observations sur les titres de la Maison de Braque (1685).
 
++ JUSSELIN (Maurice). « Les "présidenz à Paris" au temps des derniers Capétiens », Bibliothèque de l'École des chartes,  t. 92, 1931, p. 277-284.
Le mot "presidentes" apparait dans les chartes dès 1297 pour désigner les membres du Parlement qui siègent en l'absence du roi. Ce qualificatif n'est pas à prendre comme un titre honorifique mais dans le sens de "restant à demeure".
 
++ KRYNEN (Jacques). « Un exemple de critique médiévale des juristes professionnels : Philippe de Mézières et les gens du Parlement de Paris », dans Histoire du droit social. Mélanges en hommage à Jean Imbert, Paris, 1989, p. 333-344. -
 
++ LALOU (Élisabeth). « Le Roman de Fauvel à la chancellerie royale », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 152-2, 1994, p. 503-509.
Le Roman de Fauvel est l'ouvre de Gervais Du Bus, notaire à la chancellerie. Le présent article s'intéresse à Geoffroy Engelor, notaire lui aussi et continuateur du Roman.
 
++ LALOU (Élisabeth). « Le fonctionnement de l'Hôtel du roi du milieu du XIIIe au milieu de XIVe siècle » dans Vincennes aux origines de l'État moderne. Actes du colloque […] Vincennes, 1994, Paris, Presses de l'École normale supérieure, 1996, p. 145-155 et « Discussion » p. 157-161.
Sur l’organisation de l’Hôtel ; les six métiers ou offices ; le personnel ; le véritable rôle de l’Hôtel.
 
++ LAPEYRE (André). « Hugues Alligret, greffier criminel au parlement de Paris dans la seconde moitié du XVe siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de France, 1970, p. 248-260.  -
 
++ [LE FERON (Jean)]. Catalogue des Prevostz de Paris, Connestables, Grands-Maistres, Chanceliers, Mareschaulx, Admiraulx, depuis le Roy S. Loys, jusques à très puissant Roy de France, Henri deuxième. A Paris, impr. de Michel de Vascosan, 1555. Pet. in-fol., 18 f., fig.
> Éd. revue et augmentée : Catalogue des Prevostz de Paris, depuis le Roy Sainct Loys, jusques au Roy de France, Henri III. A Paris, par F. Morel, 1598. In-fol., fig., carte.  -
 
++ LE FERON (Jean) et GODEFROY (Denis). Histoire des connestables, chanceliers et gardes des sceaux, mareschaux, admiraux, surintendans de la navigation, et généraux des galères de France ; des grands maistres de la maison du Roy et des Prevosts de Paris, depuis leurs origine, avec leurs armes et blasons. Paris, Impr. royale, 1658. In-fol., pl.  -
 
++ LE MARESQUIER-KESTELOOT (Yvonne-Hélène). « Guillaume Serneau, élu de Paris et lieutenant criminel au Châtelet : un exemple de cumul au début du XVe siècle », dans Finances, pouvoirs et mémoires. Mélanges offerts à Jean Favier, [Paris], Fayard, 1999, p. 74-84, 2 p. j.  -
 
++ LEHUGEUR (Paul). Philippe le Long, roi de France, 1316-1322 : le mécanisme du gouvernement. Paris, Sirey, 1931. In-8°, 358 p., fig., index.
Le Grand et Secret Conseil ; l'hôtel du roi ; le Grand conseil ; la Chambre des Comptes ; le Parlement ; les baillages et sénéchaussées. Importante étude mais qui n'a pas rencontré l'assentiment  des historiens. Voir la critique de Georges Ritter in Le Moyen Age, t. 43, 1933, p. 183-206.
 
++ LEMARIGNIER (Jean-François). Le gouvernement royal aux premiers temps des Capétiens (987-1108). Paris, Picard, 1965. In-8°, 233 p., pl. -
 
++ Lettres reçues et envoyées par le Parlement de Paris, 1376-1596. Inventaire analytique par Suzanne CLÉMENCET et Michel FRANÇOIS. Paris, Impr. Nationale (coll. Inventaires et documents, Archives nationales), 1961. 25 cm, 287 p., table.
1465 lettres, chacune résumée en quelques lignes. Compilation très intéressante pour l'histoire du Parlement et pour les éléments biographiques de ses magistrats. En appendice : « Liste des notaires et secrétaires du roi qui ont contresigné les lettres royales ».
 
 
++ LUCHAIRE (Achille). « La cour du roi et ses fonctions judiciaires sous le règne de Louis VI (1108-1137) », dans Annales de la faculté des Lettres de Bordeaux, 1880, n° 2.  -
 
++ MERLET (Lucien). « Biographie de Jean de Montagu, grand maître de France (1350-1380) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 13 (3e série, t. III) 1852, p. 248-284.
> Extr. : Paris, Firmin-Didot, 1852. In-8°, 39 p.
Cette solide biographie reste une référence bien quelle contienne quelques erreurs, notamment la date de la mort de Gérard de Montagu : 1391 et non 1380.
  
++ MOIREZ (Pauline). « Les offices de bouche à l'Hôtel du roi de France, de Philippe VI à Charles VI (1328-1422) », Positions de thèse de l’École des chartes, 2002.
Une thèse assurément très intéressante mais le résumé laisse sur sa faim.
 
++ PLAGNIEUX (Philippe). « La fondation funéraire de Philippe de Morvilliers, premier président du Parlement : arts, politique et société à Paris sous la régence du duc de Bedford », Bulletin monumental, t. 151-II, 1993, p. 357-381, 15 fig., IV p. j. en append.
Solide étude sur cet homme, sa carrière, sa fondation funéraire à Saint-Martin-des-Champs, le programme sculpté et peint de son monument, les habits liturgiques et les missels qu'il avait choisis. L'étude se termine par une comparaison avec ce que firent d'autres premiers présidents.
 
 
++ POQUET DU HAUT-JUSSÉ (B.-A.). « Le compte de Pierre Gorremont, receveur général du royaume (1418-1420) », Bibliothèque de l'École des chartes,  t. 98, 1937, p. 66-98.
En juillet 1418, après la prise de Paris par les Bourguignons, Jean sans Peur nomme cet homme, qui a toute sa confiance, à la tête des recettes du royaume. Les paragraphes I, II et III rappellent le contexte historique et les éléments biographiques. L'analyse du compte de 1418-1420 (paragraphes IV, V et VI) sort de notre domaine d'intérêt spécifiquement parisien.
 
++ SCHEURER (Rémy). « L'enregistrement à la chancellerie de France », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 120, 1962, p. 104-129.
État de ce qui subsiste du Trésor des chartes pour les années 1436 à 1502. Mise en évidence d’une mauvaise conservation dès l’origine. Donne aussi la succession des gardes du Trésor des chartes au XVe siècle.
 .
 
++ SERPER (Arié). « L'administration royale de Paris au temps de Louis IX », Francia, 1979, t. 7, p. 123-139.  -
 
 
++ SIVÉRY (Gérard). « L'organisation de l'État », ch. IV de la 2e partie dans Saint Louis et son siècle, Paris, Tallandier, 1983, p. 498-533.
Comment le roi et ses conseillers organisent progressivement les services centraux de l'État.
 
++ STEIN (Henri). « Pierre Tristan, chambellan de Philippe Auguste, et sa famille», Bibliothèque de l’École des chartes, t. 78, 1917, p. 135-153, XII p.j. en appendice.
Importante famille parisienne. Gencien, arrière-arrière-petit-neveu de Pierre, fut prévôt des marchands en 1358-1359.
 
++ TESSIER (Georges) et OUY (Gilbert). « Notaires et secrétaires du roi dans la première moitié du XVe siècle d'après un document inédit », Bulletin philologique et historique (jusqu'à 1610) du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1963 (1966), vol. I, p. 861-890.
Une liste établie au XVe siècle par Nicolas Aymar, secrétaire du roi, a été retrouvée dans les années 1950. Elle donne la succession des notaires et secrétaires du roi depuis 1418 jusqu'à 1450. L'intérêt du document est amoindri par ses nombreuses lacunes et la quasi-absence de date.
 
++ VIARD (Jules). « Gages des officiers royaux vers 1329 », Bibliothèque de l'École des chartes, t. LI, 1890, p. 238-267.
> Extr. : Paris – Nogent-le-Rotrou, Daupeley-Gouverneur, 1890. In-8°, 31 p.
Intéressant document. Il s’agit d’une copie d’un relevé fait par la Chambre des comptes pour le roi, pour lui faire connaitre le nombre de personnes employées à son service, leurs émoluments, leurs augmentations. Ce qui concerne Paris se trouve p. 240, 2441, 263 à 267.
 
++ VIARD (Jules). « La Cour (Curia) au commencement du XIVe siècle », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 77, 1916, p. 74-87.
La Cour n'a confié que très progressivement les affaires financières et judicaires aux administrations spécialisées (Trésor, Chambre des comptes, Hôtel du roi, Parlement).
 
++ VUITRY (Adolphe). « Le gouvernement royal et l'administration des finances sous Philippe le Bel et ses trois fils (1285-1328) », Comptes-rendus de l'Académie des Sciences morales et politiques, 40e année, nouvelle série, t. XIII,  1880, p. 541, 780 et 796.
> Extr. : Paris – Orléans, E. Colas, 1880. In-8°, 90 p.  -
 
+ AUTRAND (Françoise). « Le personnel du Parlement de Paris. Traitement automatique d'une prosopographie en vue d'une étude sociale », dans Informatique et histoire médiévale, Rome, 1977, p. 239-243. -
 
+ Le Grant Stille et Prothocolle de la Chancellerie de France nouellement corrigé, veu et additionné de plusieurs lettres de la Chancellerie lesquelles defailloient es premieres impressions comme appert avec le Guidon des secretaires nouvellement imprimé à Paris. [A la fin :] Ce fut achevé de imprimer en ceste ville de Paris par Anthoine Bonnemere. Mil cinq cens et xviii [1518]. In-8° goth, [10]-[162]-[8] f.  -
> Autre éd.: Paris, Nicolas Cousteau, 1527, goth.
> Autre éd.: Paris, Gailllot, 1533, goth.
> Autre éd.: [Paris], 1939. In-8°,274 p., goth.
Ouvrage rarissime.
 
+ LECOY DE LA MARCHE (A.). « Saint Louis, sa famille et sa Cour, d’après les anecdotes contemporaines », Revue des questions historiques, 12e année, t. XXII, 1877. --
 
+ MORANVILLÉ (Henri). « Étude sur la vie de Jean Le Mercier, 13..-1397) », Mémoires présentés par divers savants à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2e série, t. VI, 1888, p. 1-389.
> Extr. : Paris, Impr. Nationale, 1888. In-4°, 389 p., CXX p.j.
Jean le Mercier fut notaire et secrétaire du roi Jean, puis sergent d’armes, trésorier des guerres puis général conseiller sur le fait des aides, sous Charles V et Charles VI. Bien que son action intéresse surtout la Normandie, il est un personnage relativement important à la Cour.
 
+ Observations sur les titres de la Maison de Braque. Paris, C. Guillery, 1685. In-8°, 74 p.
Éléments historiques extraits des titres de cette très ancienne famille parisienne. Assez peu exploitable pour les années avant 1500 car contient un certain nombre d'erreurs, sans parler des nombreux membres de la lignée qui n'y n'apparaissent pas.
 
+ RITTER (G.). « L'organisation  de l'Hôtel du roi au XIIIe siècle et jusqu'en 1328 », Ecole nationale des chartes. Position des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1907, p. 153-160.
Les comptes de l'hôtel, l'organisation, les maîtres de l'hôtel, les métiers, les six chambres, l'argenterie. Tient plus du sommaire que de l'étude.
 
+ [SALLIER (abbé Claude)]. « Notice d'un registre de Philippe Auguste qui est conservé à la Bibliothèque du Roi, accompagnée de quelques observations historiques sur les archives du Palais, qu'on a nommées depuis le Trésor des Chartes », Mémoires de littérature tirés des registres de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres, 1741-1743 (1751), p. 165 et suiv.  - -
 
+ SIVERY (G.). « L’équipe gouvernementale, Blanche de Castille et la succession de Louis VIII en 1226 », Information historique, 1979, p. 203-208. --
 
+ SIVÉRY (Gérard). « L'administration et les finances royales », ch. VIII de la 1ere partie dans Saint Louis et son siècle, Paris, Tallandier, 1983, p. 277-296.
Les progrès faits en matière de gestion des comptes royaux par les maîtres de la Curia.
+ STEIN (Henri). « Guy Chevrier, sénéchal royal sous Philippe le Bel, maître des comptes sous Philippe de Valois », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 96, 1935, p. 49-62, 6 p. j.
Guy Chevrier fut maître de la Chambre des comptes de Paris de 1324 à sa mort en 1344.
 
+ [VITON DE SAINT-ALLAIS (Nicolas)]. Almanach administratif, ou Chronologie historique des Maîtres des requêtes, des Auditeurs au Conseil d'État […], précédée de notions générales sur les prérogatives et les attributions de ces places, par M. de S. A****. A Paris, chez Rosa, 1814. In-18, 352 p.
> Autre éd. : A Paris, chez Audibert, 1814. In-18, 352 p.
La liste des Maitres des requêtes est très longue (près de 300 noms pour la période 1226-1499) mais elle ne distingue pas les Maitres des requêtes du Parlement de ceux de l'Hôtel du roi. Aucune information n'étant donnée sur les documents consultés, nous la jugeons trop peu fiable pour être utilisable.